Dernières nouvelles !

De retour au Mexique fin septembre 2016, notre route nous a conduits à travers les états du Chiapas, de Veracruz, de Puebla, de Oaxaca avant de rejoindre la péninsule du Yucatán et de nouveau le Chiapas pour quitter le Mexique le 1er février 2017, pays où nous reviendrons forcément un jour ! 
Après l'Amérique Centrale que nous avons quitté en Mars 2017, retrouvez-nous maintenant en Amérique du Sud, au Pérou !

Back in Mexico in late September 2016, our route took us through the states of Chiapas, Veracruz, Puebla, Oaxaca before reaching the Yucatan peninsula and the Chiapas again before leaving Mexico the 1st of February 2017, country where we will return one day for sure ! 
After Central America we left in March 2017, follow us in South America, in Peru !  

De nuevo en México a la fin de Septiembre de 2016, nuestro camino pasó por los estados de Chiapas, Veracruz, Puebla, Oaxaca, antes de ir hasta la península de Yucatán y de regresar en Chiapas. Salimos de México el 1 de Febrero de 2017 y vamos a regresar a este país por seguro ! 
Después de América Central donde salimos en Marzo 2017, siguenos en América del Sur, in Perú !  



Découvrez nos aventures !
 
Canada
Etats-Unis

Amerique Centrale
Colombie

Équateur à Bolivie


Janvier 2017, Nos dernières pérégrinations mexicaines !


Le premier mois de l'an 2017 est déjà en train de toucher à sa fin et il nous faut faire un grand bond en arrière pour vous partager comment s'est passée pour nous la transition 2016-2017 !

Nom de Zeus ! Nous voici déjà en 2017 !

Nous quittons la riche cité de Palenque et sa jungle humide pour regagner les hauteurs du Chiapas que nous avions très vite traversées. Nous avions gardé cette destination pour la fin de notre tranche de vie au Mexique et en revenant à San Cristóbal de las Casas fin décembre, nous ne pensions pas que nous y serions encore un mois après ! Et toutes les raisons ont été bonnes pour ne pas quitter le Mexique avant 2017 ! Incapables d'avoir la moindre idée de la période de l'année dans laquelle nous étions après avoir vécu l'hiver au Yucatán avec 30-35°C positifs, il nous était très difficile d'imaginer que les fêtes de Noël approchaient à grand pas. 250 kilomètres plus tard, une longue route chargée en virages et en "topes", les efficaces ralentisseurs mexicains à la signalisation aléatoire, nous arrivons 2000 mètres plus haut, au cœur des montagnes chiapanecas, au pays des brumes et des zapatistes...  

"Terre récupérée depuis 95 grâce à l'appui du EZLN (Ejército Zapatista de Liberación National) et des paysans indépendants. La Terre est à celui qui la travaille. Zapata  vit, la lutte continue"


"Nous ne nous rendons pas, nous ne nous vendons pas, nous ne capitulons pas"
"Le peuple demande, le gouvernement obéit"
 
Même si Noël sera un jour comme les autres pour nous, c'est là que nous passerons les fêtes de fin d'année ! Ce joli coin du Mexique a enfin un climat qui ressemble à des conditions proches de l'hiver ! De quoi délaisser notre tente de toit pour nous faufiler de nouveau tous les soirs sous notre duvet, dans nos quartiers d'hiver de 2m2. Même si la température de la journée approche des 25°C, le thermomètre peut descendre en dessous de 0°C lors des nuits claires. Avec ce climat et l'altitude, la végétation a changé du tout au tout. Finis la moiteur de la jungle de Palenque et le soleil brûlant de la péninsule du Yucatán. Ici, notre cadeau de Noël, c'est de se réveiller avec les premiers rayons du soleil qui percent délicatement la forêt de pins. Elle est parsemée de clairières herbeuses où débarquent de bonne heure de jolis et gourmands petits moutons noirs avec leur jolie bergère maya Tzotzile ou Tzeltale. 

Dans la commune où nous campons, à quelques kilomètres de San Cristóbal de las Casas, tout le monde est bilingue. Ici, les gens parlent espagnol pour la plupart, mais nous sommes sûrs qu'ils parlent tous leur dialecte ici ! La culture Maya est ici ancrée dans la terre et dans le cœur de ceux qui la cultivent. Avant tout mayas, ils sont aussi zapatistes. Ici, les "hommes du maïs" comme ils se sont surnommés, ont pris la relève d'Emiliano Zapata qui fut une figure importante de la Révolution Mexicaine (1910-1920). Les zapatistes du Chiapas, plus récemment, se sont battus depuis 1994 pour que cette terre leur appartienne et qu'ils puissent vivre de ce qu'elle leur donne. Une nouvelle révolte des paysans, pour la terre... 

Tandis que la grippe et la gastro font rage en France, nous allons faire un petit tour au Musée de la Médecine Maya où nous nous procurons des remèdes simples pour nos petits maux, tout est dans la nature. Infusions de romarin de bon matin, graines de moringa, les fruits et les légumes fraîchement cueillis, et surtout la bonne cuisine mexicaine sont nos traitements chocs de cet hiver...    

L'une des nombreuses plantes que nous pouvons trouver autour de nous et qui possède de nombreuses vertus thérapeutiques...

 
  Médicaments naturels mexicains !

Les jours passent et la douceur de ce pays nous fait du bien dans une période d'attente pour nous. Nous sommes aussi à un moment de notre vie où nous allons peut-être devoir changer de cap pour rentrer en France et être présents auprès de proches. En attendant des nouvelles qui arriveront courant janvier, nous profitons de ce que nous pensons être nos derniers jours au Mexique. Noël est peut-être un jour comme les autres mais nous ne manquons pas de nous faire plaisir, c'est important... Les nouvelles attendues finissent par arriver, positives et rassurantes. Nous pouvons continuer la route, confiants...  

Presque partis... mais pas encore ! Haha !

C'est Pépère par contre qui nous fait une grosse grippe juste après Noël ! Tout juste le temps de déposer du linge à la laverie, de discuter avec un canadien curieux, au moment de démarrer de nouveau, le démarreur s'emballe et nos cœurs avec car le moteur ne veut pas s'arrêter ! En urgence, nous ouvrons le capot tandis que le bruit du starter persiste. Nous découplons les batteries, tentons d'étouffer le moteur mais rien ne s'arrête et une fumée commence à s'extirper du flanc du moteur ! Pas de panique mais nous n'aimons pas ce qui vient de se passer... Le moteur a bien fini par s'arrêter tout simplement parce que le démarreur a cramé et alors qu'il est encore brûlant, il n'y a qu'une chose à faire : attendre pour l'ouvrir et constater les dégâts ! En plus de sentir le brulé, ça ne sent pas bon pour le démarreur ! Et nous suspectons qu'au moment où nous avons coupé le coupe-circuit, la batterie auxiliaire suralimentée par le panneau solaire est venue rajouter son coup de jus malgré le coupleur-séparateur, ce qui a continué à alimenter le starter et lui donner le coup de grâce. 

Le canadien, qui n'était pas parti bien loin, revient vers nous et nous relativisons en riant quand il nous dit "C'est bulletproof (à toute épreuve) ces trucks, tant que ça ne brûle pas, ça repart !". A croire que nous avions eu une bonne intuition, nous sommes garés en pente ! Et forcément, à peine lancé, Pépère démarre. C'est bon d'avoir un moteur de camion qui s'amorce si simplement ! Au pire, s'il nous arrive de caler, les mexicains arrivent à plusieurs pour nous aider à pousser... et ça démarre ! Nous dormons du coup un peu la tête en bas pendant quelques jours, le temps de régler le problème qui au final n'en sera pas vraiment un ! Nous ouvrons le démarreur, constatons les dégâts et trouvons vite un électro-mécanicien qui nous offre bon espoir. En remontant notre démarreur avec les parties d'un autre neuf, le sens de rotation du solénoïde n'est malheureusement pas le bon... Nous démontons tout de nouveau, rendons les pièces neuves à son propriétaires et gardons bon espoir de trouver une solution avant de penser commander en France un nouveau démarreur complet. Et c'est ainsi que nous sommes orientés vers la refaccionaria KP à Tuxtla Gutiérrez, la capitale du Chiapas, à 80 kilomètres de là. Il existe 2 mécaniciens qui font des réfections complètes de démarreur au Mexique. Nous avons la chance de nous trouver proches de l'un d'eux qui, en 4 heures remet à neuf ce foutu démarreur. Les ouvriers sont espantés en voyant les soudures en cuivre d'origine. Il avait fait son temps le type ! Après 27 ans et plus de 350 000 kilomètres de loyaux services, il a juste eu un coup de mou !    

Un démarreur qui a bien travaillé jusque là et que nous remercions !

Mais il va falloir penser à une réfection de ce qui a brûlé !

En 3 jours, au Mexique, nous arrivons à réparer notre démarreur... Il nous faudra plus d'une semaine pour trouver par contre un filtre à huile ! La grosse vidange nous attendant, moteur, boîtes et ponts, nous ne pouvions pas faire sans... Nous faisons notre vidange au soleil, sans une goutte à côté, dans notre petite prairie au milieu des pins pendant que notre pain cuit dans le Dutch Oven sur le feu. Nous sommes heureux de partager ce petit coin de nature avec Valentin et Lætitia que nous retrouvons de nouveau ici pour quelques jours. A prendre du "retard" si on peut dire ça comme ça, c'est un peu normal que les chemins se croisent de nouveau ! Il est quand même temps de se décider à partir mais une dernière question persiste... Changeons-nous nos pneus maintenant, sachant qu'un pneu est forcément foutu ? Ou attendons-nous la Colombie pour utiliser au maximum nos 5 pneus encore en très bon état pour rouler jusque là ?... Nous n'étions plus à quelques jours près pour quitter San Cristóbal pour prendre la route du Guatemala, nous allons encore pouvoir profiter d'ici un peu plus en attendant la livraison de nos 6 nouveaux pneus Discoverer St Maxx offerts par Cooper Tires de México qui a décidé de s'inviter dans notre aventure et d'en faire partie ! Nous en sommes très honorés !


Avant de changer nos pneus pour des neufs, une petite révision s'impose au niveau de notre pont avant. Après avoir lâché 2 fois du côté gauche, le joint entre le pont et le moyeu a lâché du côté droit ! Heureusement, nous en avions pu faire la commande lors de notre visite chez Toyota à Tuxtla. Mais ce n'est pas tout ! Un des roulements de direction a cassé et nous n'en avons pas dans notre stock de pièces de rechange... Satanés topes ! Encore eux, qui, en plus d'user prématurément les pneus et les plaquettes de frein, foutent en l'air nos roulements. Il ne nous manque plus qu'à contacter de nouveau Toyota qui peine à en trouver pour nous au Mexique. Décidément, ce n'est pas simple de trouver nos pièces ici mais c'est loin d'être impossible ! Nous allons juste devoir attendre quelques jours, Pépère restera monté sur 3 roues le temps qu'il faut, au cœur des montagnes chiapanecas pendant que nous ferons travailler nos 4 jambes ! Et voici une nouvelle raison supplémentaire pour profiter au maximum de notre tranche de vie au Mexique ! Entre rester des journées au soleil à notre campement d'Arcotete dans notre coin de nature à faire du feu, cuisiner au Dutch Oven et à se faire des parties interminables de Risk... Et flâner dans les rues de San Cristóbal, se régaler des savoureux plats du Chiapas et voyager au milieu des étals du marché en pensant à la bonne soupe que nous préparerons le soir-même... Ben, vous comprendrez que nous sommes bienheureux !  

Pendant que l'une ramasse du bois, l'autre avance ce qu'il peut en mécanique en attendant les roulements !

Et quand la nuit tombe, nous savourons notre soupe au coin du feu

Et tandis que nous allons bientôt quitter San Cristóbal de las Casas mais aussi le Mexique pour rejoindre le Guatemala, retrouvez toutes nos photos de ce joli coin du Chiapas que nous avons eu la chance d'apprécier plus d'un mois ! 

https://goo.gl/photos/ssrxGcH2sEEoZa8m9

Découvrez notre album photo

Hasta Pronto !

Les Galopères. 



Décembre 2016, En route pour 2017, en route pour le Sud !

Notre arrivée dans la péninsule du Yucatán est marquée par nos retrouvailles avec Sébastien, notre pote ariégeois de Whistler, et de Frances, sa blonde, ce qui nous remet la tête dans nos souvenirs neigeux du Canada alors que nous vivons un été à rallonge au Mexique. Eux sont venus chercher le soleil et nous savons bien qu'en cette période de l'année, c'est la saison de la mousson à Whistler avant l'hiver ! Nous passons deux jours tous les 4, savourant les bons côtés de la côte caribéenne car bien sûr qu'il y en a ! L'eau est incroyablement turquoise, le sable incroyablement blanc. La petite station balnéaire de Mahahual reste à taille humaine même si elle est envahie chaque jour par les passagers d'un nouvel énorme paquebot pour vacances « tout compris » ! 

Prêts à embarquer ?!

Le jour de dire "à  bientôt" à Sébastien et Frances qui repartent eux trouver la neige en terre canadienne, chère à nos cœur, Alex ne trouve pas de meilleure idée que de se coincer le dos en voulant ouvrir la caisse à chaussures de skis pour lui faire prendre l'air. Ce n'est pas que nos chaussures de skis macèrent et sentent fort dans cette caisse, c'est plutôt pour éviter que ça le soit ! Mais quelle idée alors de penser à du ski en plein mois de décembre ?!!! Le dos sévèrement coincé, mon homme diminué a besoin de soins et nous trouvons l'adresse d'un chiropracteur à Tulum, quelques 200 kilomètres plus au nord. C'était notre prochaine étape de toute façon, donc allons-y ! Nous avons 1000 kilomètres au compteur, nous n'avons pas de jauge nous vous le rappelons, mais nous connaissons notre voiture, nous savons que nous pouvons joindre Tulum et être à l'heure pour le rdv sans problème !

La route file dans les terres, droite et sans intérêt en arrière plan des plages paradisiaques. A l'approche de Tulum, il nous reste 50 kilomètres tout au plus, Alex m'annonce que ça y est, nous sommes en panne. Le coup de la panne ? Non allez, ce n'est pas drôle là ! Si si, nous sommes à cours de gazole ! Et ça fait un bail que nous n'avons pas refait le plein de notre bidon de secours en plus. Oui, c'est la m... ! Mais Alex se roule sous la voiture, commence à purger le réservoir de gazole pour faire le plein d'une bouteille de 4 litres qui fera office de réservoir. Nous avons beau être en panne de gazole, il reste toujours au moins 20L inutilisables. Petit défaut de fabrication mais ça fera office de réserve aujourd'hui ! Le moteur relié à notre nouveau réservoir en plastique, c'est bon il redémarre ! Cela me rappelle la première fois que nous avions fait démarrer le moteur avec Florent. Même installation de fortune, suffisante, parfaite pour parcourir quelques kilomètres... Verdict 8km ! Quoi, déjà ?????

Il faut refaire le plein !!!! Et Alex file se rouler de nouveau sous la voiture, purge un peu plus du réservoir pour refaire le plein de cette foutue bouteille et nous avançons cette fois de... 6km... C'est qu'elle n'est pas idéale cette installation mais elle donne de l'espoir ! Il semblerait qu'il n'y ait pas de station avant Tulum, ça va être tendu, mais à chaque fois que la voiture redémarre, nous savons que nous nous rapprochons de notre but, en serrant les fesses bien sûr ! Nous nous arrêtons à chaque fois sur le bord de la route, pas dangereuse du tout entre les voitures et les énormes camions qui nous passent sans forcément s'écarter, à plus de 100km/h. Sans parler des fourmis  voraces qui, à un arrêt, nous ont fait la fête ! Pas d'intrus autorisé sur leur territoire. Du coup, pas de pitié et elles s'en donnent à coeur joie pour nous croquer... Au moins 4 fois nous recommencerons l'opération avant d'arriver enfin à une halte qui ressemble à la fin de cette panne. C’est un arrêt pour camionneurs. A peine une palapa, pour se reposer à l'ombre et un comedor, pour se ravitailler la panse. Nous nous voyons déjà demander à un routier si nous pouvons siphonner son réservoir... Mais pas besoin, le propriétaire de la palapa a de la réserve et ramène un bidon de 20L qu'il nous vend une misère ! À croire que c'est du vieux gasoil qui traine depuis des lustres, du temps où le diesel ne valait que 12 pesos le litre (14,63 aujourd'hui). Malheureusement, il ne lui reste plus que ça et nous nous doutons bien que cela va à peine suffire pour remettre le réservoir au niveau 0 (les fameux 20L inaccessibles). 

(Nous aurions bien mis une photo pour illustrer ce doux moment... Mais il se trouve que nous n'avons pas pensé à en faire ! Comme quoi, le coup de la panne, ce n'était vraiment pas prévu !)

Il ne reste plus que 20 kilomètres jusqu'à Tulum. Au pire, si nous tombons en panne de nouveau, nous savons que nous pouvons rouler encore et encore sous la voiture pour vider d'un côté et remplir de l'autre ! Nous désinstallons notre système de fortune, reconnectons les durites au réservoir et c'est parti pour Tulum que nous atteindrons au final sans problème ! Nous complétons le remplissage avec quelques 167L aux 20L rajoutés 20km plus tôt. Ca surprend le pompiste et nous aussi ! Nous n'avions pas fait un plein aussi important depuis que nous avions rempli pour la première fois le réservoir ! Nous étions donc à sec de chez sec ! Et pour finir notre histoire de "pana del tonto", la "panne du con"... Faut savoir que notre seule connerie dans tout ça, c'est d'avoir fait confiance au pompiste mexicain qui a fait le plein la dernière fois ! Au premier clac, il ne s'embête pas, pour lui c'est fini et il retire le pistolet. Il ne le sait pas lui que nous n'avons pas de jauge ! Ce qui fait, qu'un plein plus tard, lorsque le premier clac a retenti, nous avons demandé à continuer à remplir... 30L qu'il a pu encore mettre le pompiste... Ce n'est pas justement ce qui nous a manqué pour arriver à Tulum ?!... 

Bien arrivés à destination !

Tout ça avait bien fini par débloquer le dos d'Alex, forcé à rouler sous la voiture pour vider d'un côté, remplir de l'autre. Vous vous rappelez que c'était pour se rendre à un rdv chez un Chiropracteur que nous avions pris la route ?... Mais faut croire qu'une panne d'essence a plus d'effets positifs qu'une séance puisqu'il s'est réveillé le lendemain le dos douloureux et bloqué de nouveau… La prochaine fois qu'il se coince le dos, j'ai la solution, nous avons juste à tomber en panne d’essence ! 

 Fenêtre photographique parfaite pour éviter la foule !

Retrouvez nos photos des ruines de Tulum dans notre album, avec ou sans la foule ! 

Le dos coincé ou pas, nous voici alors à Tulum. Il ne nous faut malheureusement pas beaucoup de temps pour ressentir une gêne, celle de ne pas nous sentir à notre place. Nous voici à la porte d'entrée de la côte caribéenne mexicaine devenue station balnéaire super développée. C'est le paradis des voisins du Nord et Outre-Atlantique qui, en mal de soleil, viennent véritablement envahir ces lieux en masse, aussi bien par leurs dollars que par leur personne ! Nous ne parlons même pas de Playa del Carmen et nous n'irons même pas oser jeter un œil à Cancún. Il suffit de s'échapper du décor de rêve des plages sur fréquentées et factices pour découvrir la réalité, sur des plages soi disant sauvages peuplées de drôles d'espèces en mal d'adaptation dans le paysage. Poubelles, détritus, ordures, déchets... Un nouvel envers du décor paradisiaque des Caraïbes malheureusement dans lequel nous devons patienter à contre cœur quelques jours dans l'attente de colis. Mal habitués à nous retrouver seuls au beau milieu de cités pré-hispaniques désertes, découvrir Tulum avec la foule nous donne l'impression que nous sommes devenus des êtres humains sauvages. 

Petit coin d'intimité sur la côte caribéenne

Nuit étoilée sous les tropiques

L'arrivée des colis à destination nous permet enfin de partir à la recherche de trésors plus secrets en terre yucateña. En plus des plages de sable blanc et d'eau turquoise, cenotes et cités Mayas font aussi la richesse de la péninsule du Yucatán. Tout près de Valladolid, les deux cenotes de X'Kekén et Samulá, bien que payants, très accessibles et bien fréquentées, ne nous font pas du tout regretter de descendre au petit matin sous la croûte karstique. Puits sacrés chez les Mayas, nous nous trouvons comme dans un autre monde sous la surface où seuls se font entendre le bruit des gouttes et les petits cris stridents des chauves-souris... Tout est calme, à peine éclairé par les rayons du soleil qui peinent à trouver un chemin jusqu'à ce joyau d'eau douce... jusqu'à ce que deux italiens sautent sans discrétion avec l'élégance d'un morse et éclaboussent de tout leur savoir-vivre ce lieu paisible. Nous aurons eu ce petit paradis pour nous tous seuls presque une heure entière. Veinards que nous sommes ! Il est temps maintenant de laisser la place !

 Le cenote de Samulá et son puits de lumière

 Cenote de X'Kekén

C'est au sud de la capitale du Yucatán, Mérida, que nous ferons d'un cenote délaissé notre point de chute pour quelques jours. Mal situé géographiquement puisque trop loin des routes principales, nous nous attendons à tomber sur un trou d'eau croupie lorsque nous descendons les premières marches d'un escalier en mal de rénovation. Plus les marches nous amènent en voyage un peu plus bas, plus le cenote se dévoile. En surface, un dépôt de feuilles en décomposition qui, à grands coups d'éclaboussures disparaît pour nous laisser découvrir à quel point est profond le grand trou bleu. Les derniers rayons du soleil font briller ce bijou naturel où nous nous sentirons comme des rois le temps de concrétiser la nouvelle installation, permanente et solide, de nos panneaux solaires fraîchement reçus ! Au pays où le soleil règne toute l'année en maître, avec une batterie auxiliaire pas au mieux de sa forme, 2 panneaux souples de 80 watts chacun ne seront pas de trop ! Et l'avantage est qu'on dirait presque qu'ils ont été faits pour s'inclure parfaitement dans les dimensions de notre tente de toit ! 

 Notre salle de bain pour quelques jours !

Cette eau douce providentielle, conservée fraîche sous la terre, au cœur d'un pays où l'hiver n'existe pas, devient pour nous à la fois un puits et une salle de bain grand luxe ! Cette eau incroyablement limpide est parfaite pour remplir notre réservoir de 100 litres pour les douches et vaisselles à venir. A chaque voyage avec 10 litres à bout de bras, je réalise que ça grimpe pour remonter de dessous la croûte de la Terre ! Et là, la chaleur étouffante dehors me fait réaliser que c’est moi qui ait de la chance de faire les aller-retour au puits alors qu’Alex est en plein soleil à se brûler le cuir pour installer les panneaux. Je vide mon précieux butin et cours redescendre au frais. Qui va au puits prend aussi son bain du coup par la même occasion ! Sans parler de la session pédicure que tu t’offres en mettant tes pieds à l’eau ! Les petits poissons en mal de peaux mortes se ruent pour savourer leur dîner en me voyant arriver ! Du grand luxe je vous l’avais dit ! 

Plaisir simple de se retrouver sous terre, au frais alors que le soleil cogne dehors

Vous voulez davantage de photos des cenotes ? Découvrez-les dans notre album "Joyaux naturels du Yucatán"

Les panneaux bien collés, les fils bien fixés, nous quittons notre cenote secret par sa piste caillouteuse. Tout roule parfaitement jusqu’à entendre un pff régulier dont le rythme accélère avec notre vitesse. Tiens donc, ça nous suit et c’est indécrottable ! Incroyable ! Après plus de deux ans et demi sur les routes américaines, cela ne nous était jamais arrivé ! Première crevaison mais elle est gaillarde puisque son origine est une fissure dans le flanc du pneu. Nous ne sommes pas mécontents d’avoir deux roues de secours du coup, le temps de trouver un mécano qui trouvera la bonne réparation. Il y a beaucoup de chance que le pneu soit condamné à rester un pneu de tête, toujours à l’avant par la suite, là où il sera moins sollicité lors des gonflages/dégonflages et des variations de pistes. Après 2 ans et demi sur les routes, chacun avec 70 000 kms dans les pattes, c’est bien normal que nos pneus s’usent. Mais en particulier au Mexique, les freinages intempestifs dus aux topes, les ralentisseurs mexicains, pas toujours indiqués, sont un important facteur d’usure !

 Pour notre première, elle est pas belle notre crevaison ?

Le pneu changé et chargé sur le porte-roues, nous prenons la route vers Mayapan. Elle fut la capitale du Yucatán de 1200 à 1400 ans après JC. Bien différente de Tulum (où nous avons posé les pieds) et de Chichen Itzá (Où nous ne poserons pas les pieds…), il se trouve que nous sommes… presque seuls de nouveau ! Nous retrouvons avec plaisir cette sensation que le lieu a une âme. Le calme et le silence aident notre imagination à reconstruire le lieu et à donner de la vie à ces bâtiments chargés d’histoire maya. 

 Mayapán, ancienne capitale politique Maya du Yucatán pour nous tous seuls

Toutes nos photos de Mayapán sont dans notre album 

C’est notre dernier coup de cœur au Yucatán avant de rejoindre Mahahual de nouveau. Ce n’est pas vraiment ce que nous avions imaginé pour terminer notre « tour » de la péninsule, mais il nous fallait absolument revenir à Mahahual ! Toutes les raisons étaient bonnes, en particulier celle de retrouver les délicieuses tortas d’Arturo, El Salsero Mayor ! En étant autant en manque de l’autre côté du Yucatán, vous comprendrez que sa cuisine, c’est vraiment quelque chose ! Et la liste des bonnes adresses mexicaines s’allonge encore, et encore ! 

 Tranquille Mahahual au coucher du soleil

Toutes les photos de Mahahual sont dans notre album 

Bon, c’est vrai que nous n’avons pas fait 300 kilomètres que pour des tortas (quoique ???...). Notre court séjour à Mahahual nous avait laissés sur notre faim. Vous allez dire « quoi ?! Encore de la cuisine ?! » Il se trouve que cette petite station balnéaire au sable blanc et à l’eau turquoise, bref, les Caraïbes telles que nous en avons tous une idée, abrite à quelques centaines de mètres de la plage une barrière de corail. Avec le dos d'Alex tout cassé la dernière fois, je nous voyais mal sortir le kayak et pagayer avec un équipier de travers ! Depuis, de l’eau a coulé dans les cenotes et il est temps de larguer les amarres moussaillon et de jouer aux sirènes au milieu des poissons multicolores et des coraux ! A Mahahual, nous sommes aussi au pays des ananas. En manque de mangues depuis quelques mois puisque ce n’est plus la saison, passer à un régime d’ananas sucré au petit déjeuner, ça fait partie des petits bonheurs de Mahahual ! Si jamais nous étions en manque de fibres, nous n’avons aujourd’hui plus de problèmes ! Je vous garantie, notre transit va très bien !

Promenons nous au milieu de la barrière de corail  

 Une de nos nombreuses rencontres sous-marines

Un autre point positif de ce coin des Caraïbes, c’est ce petit bout de plage qui fait office de camping où nous nous sentions déjà bien. Quand on se sent un peu à la maison, ben on a envie d’inviter ! Nous nous attachons très vite à notre voisin de tente, Don, soixantenaire à moto en provenance de l’Idaho. Nous passons des journées entières à discuter sous le soleil ou les grosses averses tropicales. Et c’est là que nous avons donné rendez-vous à Valentin et Lætitia. C’est le rédacteur en chef de Mondial 4x4 que nous avons en commun qui nous a mis en lien, et nous avons beaucoup apprécié que nos chemins se croisent. Partis d’Amérique du Sud il y a un an, ils vont vers ces contrées que nous avons quittées il y a quelques temps, tandis que nous rejoignons bientôt les terres qu’ils ont laissées derrière eux. Et c’est là qu’arrivent Baptiste, Odile et Lilou, originaires du Béarn et qui les suivaient de près. Le temps est au partage des voyages, des expériences et forcément à celui des bonnes adresses ! Donc, vous savez quoi ? Ben nous sommes allés manger tous ensemble chez Arturo ! Après 10 jours à Mahahual, il serait temps que nous reprenions la route mine de rien… Même quand nous savons qu’ils ne sont que des « à bientôt », les "au-revoir" prennent du temps ! 

Rencontres sous les tropiques !

Sur la route du Chiapas, nous prenons un grand plaisir à retrouver des cités mayas un peu délaissées. Becán, Xpujil valent sûrement autant que leur voisine Calakmul dont le prix nous avait fait peur. 2 cités pour la moitié du prix de l’autre, nous ne sommes pas longs à nous décider ! Nous prendrons le pack « cités délaissées » ! Et c’est sans regret vu la surprise que nous avons ! 

 Les 3 hautes et impressionnantes tours de Xpuhil qui connut son apogée entre 500 et 800 après JC

Xpuhil en images ? C'est ici !

A 10kms de Xpujil, Becán et sa pyramide de 32 mètres de haut, parfait promontoire pour communiquer avec les dizaines de cités environnantes

Retrouvez toutes nos photos de "Becán, la Magnifique"

Il n’y a plus qu’à rejoindre ensuite Palenque où nous étions passés rapidement un mois auparavant. Nous avions pris nos marques, nous les retrouvons avec plaisir ! Et fatigués de la route, nous nous endormons en souriant sous la berceuse des singes hurleurs, pensant à tous ces bons moments encore à venir au Chiapas ! Nous allons quitter d’ici quelques jours le Mexique avec la certitude que nous y reviendrons !

Nous vous envoyons une grosse bise de Palenque et vous souhaitons à tous un très Joyeux Noël et une très Bonne Année à venir !

A l’année prochaine !

Les Galopères. 

https://goo.gl/photos/aZM94ZCrYTBP1uJi7
 Pour bien terminer l'année, partez explorer Palenque !


Novembre 2016, Croquer la vie à la mode mexicaine !


Juste avant de sauter à pieds joints dans le mois de Novembre, notre halte à Puebla ne pouvait que se terminer par un dernier rendez-vous en altitude ! Nous nous étions promis d'aller saluer de nouveau le fameux Popocatépetl qui fume inlassablement. Toujours aussi fascinés, nous grimpons jusqu'à ses pieds, au Paso de Cortès, là où il n'est pas possible d'aller plus loin. Depuis 1994, son accès est interdit et les caprices du volcan sont fréquents. Quand on pense que le propriétaire du camping où nous étions nous racontait qu'il y avait auparavant un lac dans le cratère dans lequel il allait faire du canoé avec son groupe de scouts dans le temps... Aujourd'hui, un lac de lave a remplacé le lac d'eau et, en dormant au Paso de Cortès, il suffit se sortir le nez dehors pendant la nuit et savourer les 0°C qui règnent là pour se rendre compte que l'incandescence de la lave illumine la nuit au niveau du cratère ! 

Magnificience d'un géant de feu de 5426m qui parait si tranquille...

Nous ne pourrons pas grimper en haut du Popo interdit, ni même au sommet de l'Iztaccíhuatl, son voisin tout proche, éteint quant à lui. Bien que tentant, les deux volcans culminent à plus de 5000 mètres et un peu plus d’acclimatation serait nécessaire... Nous manquons de temps puisque nous avons rendez-vous avec la fête des morts à Oaxaca quelques jours plus tard, mais cela ne nous empêche pas de grimper sur les flancs de l'Izta où la vue sur le Popo est incroyable. Sur le chemin, de nombreux mexicains nous trouvent bien légers tandis qu'ils sont, quant à eux, chargés de lourds sacs. L'ascension des 5230 mètres du volcan éteint se fait le plus souvent en deux jours, avec une nuit dans un refuge. Le manque d’oxygène met tout le monde au même niveau, chaque pas un peu plus haut est plus difficile que le précédent mais pour les mexicains, même épuisés, ce cheminement ressemble à un véritable acte de foi. Nous sommes très heureux d’évoluer sur le chemin avec eux, ils s'encouragent les uns les autres, se bénissent aussi. Même si la souffrance de l’ascension marque leur visage, ils savent pertinemment ce qu'ils vont trouver là-haut. 

Ascension de l'Iztaccíhuatl, volcan dans la brume

A chaque pas, un peu plus près du sommet

De notre côté, nous avons beaucoup de plaisir à nous rendre compte que nous nous sentons bien en fait à 4500 mètres. Il nous faudra revenir pour faire l'Izta sans aucun doute, une autre fois, mais ce sera dans plusieurs années maintenant ! En attendant, nous profitons de nos derniers moments en altitude. Nous découvrons que les mexicains mettent ici énormément l'accent sur le plaisir procuré par le fait d'être en montagne, un environnement qui éveille nos 5 sens et nous rapproche de nous mêmes... Nous le savons si bien que nous redoutons presque de devoir retourner bientôt plus bas en altitude alors que nous nous sentons si bien chez nous ici. De toute façon, dès que nous faisons le choix de rester au moins deux jours quelque part, ça veut tout dire ! C'est que nous y sommes bien ! Mais tant de belles choses nous attendent à Oaxaca. En route !

Ah Ah !

Toutes les photos sont dans notre album 

Nous ne nous faisions qu'une vague idée de ce que pouvait être la fête des morts au Mexique. Mais nous pouvons confirmer que c'est vraiment à vivre ! Et Oaxaca est une ville parfaite pour savourer ce moment de joie, de vie ! C'est impressionnant de voir à quel point le Mexique a mauvaise réputation en terme de sécurité... Oaxaca se trouve être une des villes les plus sûres du Mexique. Nous nous y retrouvons à un moment où l'effervescence de la foule pourrait conduire à des débordements... Il n'en est rien et Oaxaca s'anime de partout car c'est un moment important pour célébrer la vie. Les vivants rendent hommage aux morts en déposant sur leurs tombes une multitude de fleurs et d'offrandes, la musique envahit les rues alors que les visages se parent des couleurs de la mort, chacun devenant catrina ou catrin, squelette bien vivant ! Ils ne se moquent pas de la mort mais la considère comme faisant réellement partie de la vie. Fêter la mort, c'est donc fêter la vie ! Imaginez qu’ici, en sortant du cimetière, nous rentrons dans une fête foraine !

Petite visite au Panthéon, le cimetière de Oaxaca où chacun peut venir "en balade"

Mettre un peu "de vie" sur les tombes

Et surtout, sourire à la vie !

Nous en prenons plein les yeux, plein les oreilles et forcément plein le nez et la bouche en se promenant dans les rues mais surtout au marché. Chaque journée que nous passons au Mexique est une invitation à devenir épicurien. Célébrer la vie, ça commence par se faire plaisir ! Nous découvrons vite que la cuisine de Oaxaca n'a pas été classée à l'Unesco, au Patrimoine Immatériel de l'Humanité pour rien... Quesadillas à la fleur de courge et au fromage, Tlayudas au filet de bœuf savoureux, Tamales au mole oaxaqueño (LA fameuse sauce au chocolat), nous essayons de goûter de tout, même les Chapulines qui sont des sauterelles grillées, à savourer au piment, au citron ou au poivre ! C'est toujours la même excitation pour nous quand il s'agit de passer à table ! Et ce n'est pas près de changer ici !

Tlayuda, que rica !

 Mole Oaxaqueño, pour un vrai poulet au chocolat !

En dehors de la cuisine, il y a autre chose dont les mexicains peuvent être aussi  fiers : leur culture. Le Mexique est riche à la fois des cultures indigènes et de la culture espagnole et les mexicains sont véritablement fiers de leurs origines même si des discriminations persistent malgré tout. Ils possèdent une histoire et des traditions qu’ils honorent sans cesse au présent. Ensuite, la famille est leur pilier et la joie et les célébrations leurs moteurs. Nous passons vraiment de bons moments dans ce pays et dans certains endroits, nous nous sentons bien moins étrangers qu’en arrivant. Nous allons presque passer 6 mois au Mexique au final et malgré tout, partout où nous passons, nous avons envie de revenir un peu plus longtemps, pour approfondir, mais plus tard ! 

Défilé de Catrinas et Catrins dans les rues de Oaxaca

La fiancée, personnage important des légendes de la Fête des Morts

Se mettre au rythme des défilés qui animent les rues de Oaxaca

Retrouvez toutes nos photos de Oaxaca dans notre album 

Entre nos délicieux repas à Oaxaca, cela ne nous a pas du tout déplu de travailler à la vente de nos calendriers. C’est une très bonne expérience que nous réitèrerons. Nous ressentons le besoin de travailler un peu sur notre route et ce fut un vrai travail ! Une fois les connexions coupées, les ordinateurs fermés, nous avons rejoint les plages de l’Etat de Oaxaca, passant vite les « stations balnéaires » pour arriver tout à fait par hasard sur une plage immense et sauvage. Pas une poubelle, quelques âmes vivantes seulement, un peu secouées par un vent soufflant sans relâche… Et puis rien. Seulement le Pacifique s’éclatant à cœur joie sur la plage. Nous nous sommes dits que pour une tortue, cela ressemblait à l’endroit idéal pour venir déposer en sécurité ses œufs… Il semblerait d’ailleurs que quelques pilleurs de nids se soient baladés là avec des lampes durant la nuit. L’Etat de Oaxaca possède aussi des campements de tortues et malheureusement, cette année, la saison n’est pas très chargée en arrivées… Et la Laúd, la tortue Luth, la plus grande du monde, a encore trop chaud pour venir tremper ses nageoires dans les eaux au large de Oaxaca...

Magnifique plage de Concepción Bamba, si si, c'est son nom !
 
Avec le vent qui règne en maître sur cette plage, il n’est pas étonnant qu’une immense dune se soit formée avec le temps. Un peu de relief et nous sommes heureux ! Par contre, avec le soleil et le vent, le chèche est obligatoire. Complètement protégés, nous partons à l’ascension de la dune. Et là, nous regrettons d’être en sandales. Nous avons négligé nos pieds. Le sable est brûlant et vu notre réaction, nous ne sommes pas prêts de marcher sur la lave à pieds nus ! Nous allons de pierres en pierres en évitant au maximum le sable, puis de touffe d’herbe en touffe d’herbe. Puis le contact avec le sable est une obligation et là… ben faut courir vite dans la pente raide pour essayer de trouver un nouvel ilot pour protéger nos petons ! Nous pouvons dire que nous nous sommes bien cramés les pieds ce jour-là ! Et heureusement, la vue en valait vraiment la peine. Inutile de vous dire qu’à la descente, nous avons évité le mode « tout droit dans la pente de sable » et nous sommes vite allés retrouver le Pacifique pour nous lécher les orteils sensibles ! 

 

Nos orteils sont peut-être endoloris mais nos yeux s'en mettent plein la vue !

En continuant notre route, nous sommes revenus en terre connue puisque nous avons atterri de nouveau à Puerto Arista, au Chiapas. Sans avoir calculé, il se trouve que nous sommes revenus au campement de tortues pile poil au moment de l’éclosion des œufs que nous avions ramassé 45 jours auparavant. Simple hasard ou guidés par une horloge interne parentale ? Toujours est-il que lorsque les petites tortues sont sorties du sable, une à une, aucune ne nous a appelé Papa ou Maman ! Nous étions surtout motivés pour réaliser un petit film sur le travail réalisé au campement de tortues, pour partager ces moments que nous avons vécus mais surtout pour rendre hommage à cette bonne équipe que nous avons été heureux de retrouver. Tout comme ils l’ont été aussi de nous voir arriver ! Mis à part le fait que la chaleur même en novembre est étouffante et sabote beaucoup d’initiatives durant la journée, nous nous sommes vraiment trouvés à notre place. 

De nouvelles naissances sont annoncées chaque jour au campement de tortues de Puerto Arista !

Dernières rondes de nuit sous la pleine lune sur la plage de Puerto Arista

Pour ceux qui veulent lire de nouveau notre article sur le travail effectué au campement de tortues, c'est ici !
 
Et puis, nous avons passé la 5ème vitesse pour traverser vite le Chiapas et rejoindre la péninsule du Yucatán pour retrouver notre copain ariégeois de Whistler et sa blonde pour quelques jours. La route fut longue mais nous avons passé un très bon moment avec eux, à parler du Canada, à siroter des binouzasses en savourant le sud-est de la péninsule qui mérite vraiment le détour. Malheureusement, nous avons mis le cap au nord ensuite pour y récupérer des colis qui trainent malheureusement. Nous prenons conscience qu’il y a des endroits où l’on vient en vacances… et il y a les autres. Nous ne sommes pas en vacances… Tulum, Playa del Carmen ou Cancún, ne sont malheureusement pas pour nous. Heureusement que le Yucatán a aussi des trésors cachés que nous allons chercher à découvrir !

En route pour le Yucatán, les brumes du Chiapas...

Hasta pronto !

Les Galopères.